Charlotte Delbo, La vie retrouvée, de Ghislaine Dunant

Charlotte Delbo, La vie retrouvée

août 2016
Grasset, collection littéraire de Martine Saada
600 pages

Un jour dans ma vie, j’ai cherché une voix qui mette des mots sur la mort qui arrache les êtres les plus aimés. Sur la douleur que rien ne peut adoucir. Et sur les fantômes qui venaient autour de moi quand je pensais à la catastrophe d’Auschwitz. J’ai lu "Aucun de nous ne reviendra" et les autres livres de Charlotte Delbo. Pour la première fois j’ai trouvé des mots qui avaient traversé la mort, des mots qui revenaient et m’apportaient une connaissance que j’attendais.

lire
 
Un effondrement, de Ghislaine Dunant

Un effondrement

septembre 2007
Grasset, collection littéraire de Martine Saada
133 pages

Ecrire un effondrement comme un tremblement de terre sans bruit.
En saisissant l'étrangeté de ce qui était là,
parce qu'à l'époque je n'arrivais plus à vivre
et que tout était devenu étrange.

lire
 
Cènes, de Ghislaine Dunant

Cènes

2001, roman
Gallimard, collection Blanche
139 pages

L'agonie d'un père. La mort qui s'approche, la narratrice suspend sa vie
à ce souffle qui s'en va, à l'énigme de la mort.
   Elle se confronte au corps sur le lit d'hôpital, au corps d'un voisin apparu une nuit de l'autre côté de la rue, au corps amoureux.
   "Ceci est mon corps", proche ou exhibé, approché ou tenu à distance...
comme s'il y avait des échappatoires possibles au Temps.

lire
 
Ceux du terrain, de Ghislaine Dunant

Ceux du terrain

1997, Texte avec des photos de Marc Pataut, suivi d'un texte critique de Jean-François Chevrier
Ne Pas Plier,
52 pages

Une communauté de SDF s'était durablement installée, construisant leurs cabanes, s'organisant pour vivre, sur le terrain vague du Cornillon, dans la Plaine Saint-Denis.
    Ils en ont été délogés pour l'édification du Stade de France.
    Marc Pataut, pendant deux ans, a entrepris un travail photographique pour saisir l'intimité sociale qui s'était créée là. Il m'a proposé de le rejoindre pour écrire un texte.

lire
 
La lettre oubliée, de Ghislaine Dunant

La lettre oubliée

1993, roman
Gallimard, collection Blanche
234 pages

Paris, dans les années 80, à l'automne, la nuit dans un appartement de la rue Oberkampf, une femme parle à une autre femme. Electre dit à Eve sa vie, son amour pour un compositeur hongrois, l'étrange relation faite de distance froide et de jouissance effrénée, la présence obsédante de la mer.
   L'été 1905, toujours à l'aube, au bord du lac de Lucerne, un chef d'orchestre et compositeur norvégien, Josef, écrit à sa maîtresse, Belinda.
   Un lien inattendu noue la vie d'Electre à celle de Josef.

lire
 
L'impudeur, de Ghislaine Dunant

L'impudeur

1989, roman
Gallimard, collection Blanche
167 pages

   La passion physique d'un sculpteur pour une femme, Sabine, puis la rencontre d'une autre, Anna, une nuit au cours de ses marches dans Paris.
   Un livre sur le désir, venant d'un homme qui vient d'échapper à la mort. Trois semaines et demie qui ouvrent sa vie.
   Une plongée dans la sensation, la découverte du Chaos originel, des forces élémentaires de la vie. La question lancinante du désir toujours recommencé, comme la métaphore du travail de l'art toujours à reprendre.

lire
 
 
haut de page